Top 3 des solutions d’epargne retraite

Epargner pour la retraite est aujourd’hui la clé d’une fin de carrière sans stress. Car pour beaucoup d’actifs, les pensions promises par les régimes de retraite risquent d’être limitées. Alors autant anticiper. Et prendre le temps de choisir parmi les meilleures possibilités. Voici notre top 3 des solutions d’épargne pour une retraite confortable.

N° 1 : L’assurance vie

L’assurance vie est un contrat d’assurance et d’épargne en même temps. Durant une première phase de versement, le capital se constitue et commence à produire des intérêts selon les placements choisis. Au terme du contrat, par exemple au moment de la retraite, l’assureur reverse ce capital + les intérêts à l’assuré, sous forme de rente ou de capital. Tous ces paramètres sont à arbitrer au moment de choisir le contrat. L’épargne n’est pas bloquée mais tout rachat total ou partiel est soumis à l’impôt. Selon la date d’anniversaire du contrat la fiscalité est différente :

  • Avant 4 ans, la somme perçue est imposable sur le revenu, ou assujettie à un prélèvement libératoire de 35% + 15,5% de prélèvements sociaux.
  • Entre 4 et 8 ans : idem avec un prélèvement libératoire à 15 %
  • A partir de 8 ans, tout retrait ou dénouement en capital est imposable sur le revenu, ou soumis au prélèvement libératoire de 7,5 % au-delà d’un abattement de 4 600 EUR (9 200 EUR pour les couples soumis à une imposition commune) + prélèvements sociaux (15,5 %).

N° 2 : Les plans d’épargne retraite

La famille des plans d’épargne retraite comprend plusieurs types de contrats selon les épargnants auxquels ils s’adressent.

  • Le Plan d’épargne retraite collectif (Perco) est destiné à compléter la future retraite des salariés d’une ou plusieurs entreprises (dans ce cas le Perco devient « inter-entreprise », ou « Percoi »). Il ne peut être mis en place que s’il y a déjà un plan d’épargne entreprise (PEE) et qu’un accord collectif a été signé. L’adhésion du salarié est facultative. L’épargne y est bloquée jusqu’à la retraite (sauf exceptions), transférable d’une entreprise à une autre. Les versements du salarié ne sont pas exonérés d’impôt sur le revenu.
  • Le plan d’épargne retraite d’entreprise (PERE) peut être installé à la suite d’un accord collectif. L’adhésion du salarié est obligatoire. Les sommes versées sont déductibles de son revenu imposable (dans la limite d’un plafond). Au moment de la retraite, la sortie se fait en rente. Aucun déblocage n’est possible avant, sauf accident de la vie.
  • Le plan d’épargne retraite populaire (PERP) est accessible aux actifs salariés comme non salariés, via l’adhésion à un groupement d’épargne individuelle pour la retraite (GERP). Les sommes versées sont déductibles du revenu imposable (dans la limite d’un plafond). La sortie se fait en rente avec une possibilité d’obtenir 20 % en capital, ou d’utiliser l’épargne pour financer une première résidence principale.

N°3 : La retraite Madelin

Les contrats Madelin sont exclusivement réservés aux indépendants : industriels, artisans, commerçants, professions libérales, auto-entrepreneurs et exploitants agricoles non salariés.

Durant la phase d’épargne, l’assuré verse des cotisations déductibles des bénéfices imposables dans la limite du plus élevé des 2 montants suivants : – 10 % de la part du bénéfice imposable, dans la limite de 8 fois le plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS = 38 040 € en 2015), auxquels s’ajoute 15 % sur la fraction de ces mêmes bénéfices compris entre 1 et 8 fois ce même plafond ; – ou 10 % plafond annuel de la Sécurité sociale.