Salarié du privé, comment calculer ma retraite complémentaire ?

Tous les salariés du secteur privé bénéficient d’une retraite complémentaire qui vient se cumuler à celle de base de la Sécurité sociale. La retraite complémentaire est calculée en fonction du nombre de points achetés durant son activité salariée. Les cotisations employeur + salarié sont versées à l’ARRCO (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés). Les salariés-cadres et assimilés cotisent en plus à l’AGIRC (Association générale des institutions de retraite des cadres) selon le même principe de points.

Comment est calculée la retraite complémentaire ?


Qu’il s’agisse de l’ARRCO ou de l’AGIRC, les cotisations prennent en compte les mêmes éléments de rémunération que pour le régime de retraite de base. Les tranches de cotisations sont liées au plafond de la Sécurité sociale. Pour 2017, les taux sont les suivants :


  • 7,75 % pour la tranche 1 de l’ARRCO (jusqu’à 1 fois le plafond de la SS)

  • 20,25 % pour la tranche 2 de l’ARRCO (de 1 à 3 fois le plafond de la SS)

  • 20,55 % pour la tranche B de l’AGIRC (de 1 à 4 fois le plafond de la SS)

  • 20,55 % pour la tranche C de l’AGIRC (de 4 à 8 fois le plafond de la SS)


Ces cotisations sont ensuite converties en points suivant le calcul : montant des cotisations/prix d’achat du point. Pour 2017, le prix d’achat du point ARRCO est de 16,1879 € et de 5,6306 € pour celui AGIRC.


Au moment de la liquidation de la retraite complémentaire, les points cumulés sont multipliés par leur valeur unitaire, le résultat donnant le montant annuel de la pension. La valeur du point retraite est de 1,2513 € pour l’ARRCO et de 0,4352 € pour l’AGIRC.


Attention à ne pas confondre le prix d’achat du point qui permet de convertir les cotisations et la valeur du point retraite qui donne le montant annuel de la complémentaire. 
 
Un salarié ayant accumulé 15 000 points percevra une retraite complémentaire annuelle ARRCO de 1,2513 € X 15 000 = 18 769,50 € 
Devenu cadre, le salarié a accumulé 7 000 points AGIRC. Il percevra en supplément de la retraite ARRCO : 0,4352 € X 7 000 = 3 046,40 € par an.


À partir de quel âge peut-on percevoir sa retraite complémentaire ?


Une première chose à savoir est que la liquidation de la retraite complémentaire n’est pas automatique et doit faire l’objet d’une demande. Il est recommandé d’effectuer cette démarche 4 à 6 mois avant la date programmée de son départ en retraite.

Pour percevoir sa retraite complémentaire à taux plein, le salarié doit avoir atteint l’âge de départ à taux plein ou respecter la durée d’assurance imposée. L’âge de départ à taux plein est lié à la date naissance. Il est de 65 ans pour les salariés nés avant le 1er juillet 1951 et augmente de 4 mois par année pour atteindre 67 ans dans le cas d’un salarié né après le 1er janvier 1956.


Concernant la durée d’assurance, elle est de 160 trimestres pour les salariés nés avant 1949 et augmente d’un trimestre par année de naissance supplémentaire, 166 trimestres étant exigés pour les personnes nées en 1955, 1956 et 1957.
Dans l’hypothèse où l’assuré ne remplit pas les conditions requises, une minoration est appliquée soit en fonction de l’âge, soit des trimestres qui manquent.


Qu’est-ce qui va changer en 2019 pour les retraites complémentaires ?


L’année 2019 sera marquée par une réforme des retraites complémentaires. La première mesure concerne la fusion entre l’ARRCO et l’AGIRC, ce qui devrait simplifier les procédures.


La deuxième disposition est l’instauration d’un système de bonus/malus visant à inciter les salariés à décaler leur âge de départ en retraite.


Un aspect majeur est que ce système de majoration/minoration ne s’applique qu’aux salariés pouvant bénéficier d’un taux plein :


  • Réduction : un salarié qui liquide sa retraite avant 67 ans verra sa pension réduite de 10 % durant les 3 premières années (ou jusqu’à ses 67 ans)
  • 
L’impact de la déduction sera malgré tout limité. D’une part, cette réduction ne concerne que le taux plein et au maximum pour trois ans. D’autre part, la retraite complémentaire ne représente que 30 % pour un salarié non cadre et 40 % pour un cadre.