Guide secteur public

Vous exercez un métier du secteur public et votre retraite approche ? Notre guide vous aide à savoir où vous en êtes et à optimiser votre départ.

Ce champs est incorrect.
Ce champs est incorrect.
Ce champs est incorrect.
Ce champs est incorrect.

"J’ai pu connaître le montant de ma retraite"

Avec les réformes et tous les changements je ne savais quel serait le montant de ma retraite . Le guide m’a permis de tout recalculer précisément.

"J’aurais travaillé plus longtemps que nécessaire"

Si je n’avais pas fait le point du nombre d’années qu’il me restait à faire, j’aurais pu travailler un à deux ans de plus.


L’affiliation des salariés du public

 

Le secteur public se divise en 3 catégories d’agents :

    • Les fonctionnaires d’Etat : pour eux il n’y a pas de « part patronale », puisque c’est le budget de l’État qui finance directement les retraites.
    • Les fonctionnaires territoriaux et hospitaliers : ils versent une part salariale et la part patronale est versée par la collectivité territoriale ou l’établissement public de santé qui les emploie.
    • Les régimes spéciaux (SNCF, RATP, EDF, GDF etc.): leur entreprise de rattachement est le plus souvent devenue privée ou mixte, mais pour les agents « sous statut » le calcul de la retraite continue à s’apparenter à celui des fonctionnaires.

Quant aux agents non titulaires, comme ils travaillent sous contrat avec l’Etat ou les collectivités locales, ils sont assimilés aux salariés du secteur privé, ils cotisent :

      • À l’Assurance retraite de la Sécurité sociale pour leur retraite de base
      • Et à une caisse spécifique baptisée Ircantec pour leur retraite complémentaire qu’ils soient cadres ou non cadres.

L’âge de la retraite des salariés du public

 

Les postes des fonctionnaires sont divisés en 2 catégories : sédentaires ou actifs. Chacune fixe un âge d’ouverture des droits à la retraite, au minimum 60 ans et 9 mois pour les sédentaires et 55 ans et 9 mois pour les actifs, qui peut cependant être dépassé si l’agent souhaite continuer à travailler au-delà de cet âge.

Pour les postes sédentaires, l’âge officiel d’ouverture des droits à la retraite sera lui aussi fixé à 62 ans en 2017, pour les générations nées à partir de 1955. Pour les personnes nées avant 1955, l’âge de la retraite dépend de l’année de naissance. Pour les postes actifs, l’âge pour ouvrir son droit à la retraite est de 55 ans, pour les générations nées avant le 1er juillet 1956. Pour les générations suivantes cet âge est relevé progressivement à 57 ans.

La durée d’assurance dans le secteur public

 

Comme dans tous les régimes de retraite le montant de la retraite publique dépend de la durée de cotisation de l’agent, tous régimes confondus. Pour les agents des postes sédentaires, le nombre de trimestres requis pour avoir droit au calcul d’une retraite à taux plein est le même que celui des salariés du secteur privé. Il dépend de l’année de naissance: 166 trimestres minimum pour les personnes nées entre 1955 et 1957, jusqu’à 172 pour les générations nées en 1973 et après. Pour les agents des postes actifs, le nombre de trimestres requis est différent et dépend de l’année à partir de laquelle ils ont le droit de partir à la retraite.

Par ailleurs, pour avoir une retraite de fonctionnaire, il faut comptabiliser une durée minium de service public, soit un nombre d’années minimum au service de l’Etat qui dépend de la catégorie sédentaire ou active du poste exercé. Pour les postes sédentaires, la durée minimale est fixée à 2 ans dans un ou plusieurs emplois publics. Pour les postes actifs, la durée minimale est fixée à 17 ans (sauf exceptions) dans un ou plusieurs emplois publics. Si cette durée n’est pas atteinte, les cotisations sont transférées au régime général des salariés du secteur privé. Et le moment venu, c’est lui qui versera la pension de retraite.

Le calcul de la retraite des salariés du public

 

La retraite de base

La durée d’assurance, tous régimes confondus, et la durée de service public déterminent le taux de calcul de la pension : taux plein si les conditions requises sont remplies, taux minoré si les conditions d’âge et/ou de trimestres ne sont pas remplies.

Dans le régime public, le taux plein est fixé à 75 %.
Pour le calcul de la pension, il y a un dernier élément à déterminer : le salaire de référence. Si dans le régime général on se base sur une moyenne des salaires des 25 meilleures années, dans le régime public le calcul se fait à partir du traitement indiciaire brut des 6 derniers mois de la carrière. Les primes, heures supplémentaires et autre suppléments de traitement ne sont pas retenus dans le calcul de la pension. En revanche, ils sont pris en compte pour le calcul de la retraite additionnelle de la Fonction Publique.

La retraite complémentaire

Jusqu’en 2005, les fonctionnaires n’avaient pas de retraite complémentaire. Elle a été instaurée à la suite de la réforme des retraites de 2004, destinée à faire converger tous les régimes de retraite vers les mêmes grands principes. Baptisé Retraite Additionnelle de la fonction publique (RAFP), c’est une retraite par point, acquis chaque année en versant des cotisations. Au moment de prendre la retraite principale, tous les points acquis sont additionnés et multipliés par la valeur du point RAFP à ce moment-là. Au 1er janvier 2015, le point RAFP vaut 0,04465 €.

Pourquoi un guide retraite des salariés du secteur public ?

 

La retraite des fonctionnaires et plus généralement de tous les salariés du secteur public fait débat et ne nourrit parfois de fantasmes. Pour en connaître sa réalité et définir ses contours, CalculRetraite.fr propose aux salariés du secteur public un guide gratuit sur leur retraite. Réglementation, âge possible de départ, âge de départ à taux plein, méthode de calcul, le guide retraite du secteur public est un bon outil pour commencer à préparer sa retraite. En plus d’expliquer par des exemples concrets, il informe les futurs retraités de l’Etat sur les différentes dispositifs pour augmenter leurs revenus.